« Georges Cadoudal le révolté » de G. Lenotre.

Georges Cadoudal sortit à vingt ans de Saint-Yves, à l’époque où on en expulsait ses maîtres ; il se plaça comme clerc chez un notaire d’Auray, maître Glain, et fréquentait le soir au club local. Discernant les lacunes de son éducation, il cherchait à s’instruire en pénétrant les causes et les répercussions probables des événements qui troublaient si profondément sa province. Réduit à l’horizon rétréci de … Continuer de lire « Georges Cadoudal le révolté » de G. Lenotre.

« La nature sacrée chez les anciens Celtes », Georges Dottin.

Les écrivains de l’antiquité s’accordent à reconnaître la religiosité des Gaulois. Au témoignage bien connu de César qui dit que les Gaulois sont un peuple très adonné aux pratiques religieuses, il faut ajouter ceux de Tite Live et de Denys d’Halicarnasse. Les Celtes étaient les plus habiles des peuples en science augurale, et le Galate Déjotarus passait pour un augure remarquable. La divination s’exerçait par divers … Continuer de lire « La nature sacrée chez les anciens Celtes », Georges Dottin.

« La Haute-Bretagne » par Charles Le Goffic.

La Constituante avait divisé la Bretagne en cinq départements. Ils subsistent toujours, mais à cette division artificielle on préfère généralement la division en Haute et Basse-Bretagne qui n’est pas beaucoup plus exacte, car il y a au moins trois Bretagnes en Bretagne. Et il est vrai que ces trois Bretagnes ont des caractères communs. L’unité d’origine d’abord : le même sang coule aux veines des morutiers … Continuer de lire « La Haute-Bretagne » par Charles Le Goffic.

« L’immortalité et le monde d’après chez les anciens Celtes », Georges Dottin

Parmi les croyances religieuses, une de celles qui ont le plus étonné les anciens est la croyance à l’immortalité de l’âme. « Je traiterais les Celtes d’insensés » écrit Valère Maxime « si l’opinion de ces gens à braies n’était celle de Pythagore vêtu du pallium ». Pour d’autres écrivains, cette doctrine était venue aux Celtes par les druides. Toujours est-il qu’elle était très répandue et très populaire. De là … Continuer de lire « L’immortalité et le monde d’après chez les anciens Celtes », Georges Dottin

« Si nous perdons notre langue, en vingt-cinq ans la Bretagne sera devenue une banale région française » – Quand Yann-Ber Calloc’h défendait la nation bretonne …

À M. Achille Colin. Le 12 Octobre 1915 Cher Monsieur, Je vous disais dernièrement que les hommes de chez nous, depuis la guerre, avaient repris conscience de leur nationalité, de leur race, et qu’ils sont fiers désormais d’être des Bretons. Comment cela s’est-il passé ? C’est très simple. L’officier a besoin de ses hommes, en campagne, et de leur moral. Pour maintenir ce moral à la … Continuer de lire « Si nous perdons notre langue, en vingt-cinq ans la Bretagne sera devenue une banale région française » – Quand Yann-Ber Calloc’h défendait la nation bretonne …

« La Bretagne n’est pas morte, elle est née », Olier Mordrel

L’Europe, au cours de sa splendide et tumultueuse histoire, a toujours subi l’impulsion de certains centres animateurs. Rome et Byzance au temps des invasions barbares, Paris au Moyen-Âge, Bruges et la Hanse au XIVe siècle, Venise, Florence et la famille des villes italiennes pendant la Renaissance, Paris et Londres du XVII au XIX – siècles. Aujourd’hui Rome à nouveau et surtout Berlin. Autour de ces … Continuer de lire « La Bretagne n’est pas morte, elle est née », Olier Mordrel

« Le Combat de Saint Patrick », Auguste Brizeux

Gouel Sant Padrig vat d’hol lennerien ! . « Sois donc fière, Armorique, il est fils de ta lande,Le grand saint appelé l’Apôtre de l’Irlande ;Dans tes bois il reçut le sceptre pastoralQui défendait Eir-Inn sous le sceptre royal ! —Mais l’esclave s’est rebellée ;Patrick, le doux évêque, est nommé chef des clans !Voix du cœur, air bardique, allez, nobles élans,Retentissez dans la mêlée ! I L’Arvor frémit à ton rappel,Patrick, son … Continuer de lire « Le Combat de Saint Patrick », Auguste Brizeux

« Le régime français », Olier Mordrel

La décadence L’incorporation de la Bretagne au royaume de France eut pour premier résultat de la mettre en guerre avec Anglais et Hollandais qui s’acharnèrent à ruiner son commerce extérieur. L’indifférence de Paris à l’égard des choses de la mer aidant, il s’ensuivit une décadence progressive de notre flotte, de nos ports et de notre négoce, du XVIe siècle à nos jours, complétée par l’anéantissement … Continuer de lire « Le régime français », Olier Mordrel

Bretons ? Gallos et Bretons ? Ou Gallos mais pas Bretons ? (Y. Bouffay)

Au cours d’une discussion, entre Hauts et Bas-Bretons, survenue, à Rennes, il y a quelques semaines, un fils du Bas-Pays opposa une énergique dénégation aux prétentions émises par un Nantais qui affirmait que les Gallos étaient aussi Bretons que les autres. Cet ostracisme stupide, qui fait que certains Bas-Bretons considèrent que la Bretagne prend fin là où cesse l’emploi de la langue bretonne va-t-il durer … Continuer de lire Bretons ? Gallos et Bretons ? Ou Gallos mais pas Bretons ? (Y. Bouffay)

« On n’enterrera pas Breiz Atao » par Olier Mordrel

Le retour de l’emsav au nationalisme aura une conséquence logique : la réhabilitation de Breiz Atao. L’un ne va pas sans l’autre. Existe-t’il un autre moyen de montrer qu’une revendication nationale de l’ampleur de la nôtre n’est pas une invention ou une attitude de circonstance ? Des précédents, des prédécesseurs sont indispensables à tout mouvement qui prétend avoir des racines et du poids. Ce besoin … Continuer de lire « On n’enterrera pas Breiz Atao » par Olier Mordrel