Législatives 2022 : constats, hypothèses et perspectives d’avenir.

Nos intuitions de la semaine dernière (https://barr-avel.blog/2022/06/13/elections-legislatives-des-resultats-tres-encourageants-pour-les-nationalistes-bretons/) ont été confirmées par les résultats des législatives d’hier. Voici donc quelques nouveaux constats, quelques nouvelles hypothèses et quelques conclusions à propos des élections d’hier.

  • 1er constat : NUPES bide.

La coalition NUPES, qui a bénéficié du soutien tapageur d’une grande partie de la presse française fait finalement un bide en n’obtenant que 131 sièges sur les 577 sièges à pourvoir. LFI, colonne vertébrale de NUPES, obtient à elle seule 84 des 131 sièges de la coalition. Ce n’est pas une surprise, nous le disions la semaine dernière : en nombre d’électeurs, la gauche française ne gagne que quelques centaines de milliers de nouveaux électeurs entre 2017 et 2022 (https://barr-avel.blog/2022/06/13/elections-legislatives-des-resultats-tres-encourageants-pour-les-nationalistes-bretons/). Aussitôt passées les élections, les partis qui formaient la NUPES refusent de former un seul et même groupe à l’assemblée (1). Un nouvel échec de Jean-Luc Mélenchon, qui se voyait sans doute déjà à Matignon.

Législatives 2022
L’assemblée française en 2022.
  • 2e constat : Macron se ramasse et n’obtient même pas la majorité.

Avec moins de 250 députés macronistes ou macrono-compatibles, le camp du président français sort considérablement affaibli de ces élections. Emmanuel Macron, les mains liés par l’assemblée, peinera probablement à mener les réformes qu’il souhaitait mettre en œuvre pendant ce quinquennat. Une crise politique d’importance est à prévoir.

Macron pleure
Ouin ouin
  • 3e constat : l’abstention gagne, encore.

Les jeunes semblent se désintéresser de plus en plus de ce cirque électoral. Plus de la moitié des Hexagonaux sont restés chez eux hier. Le chiffre grimpe à 75% chez les 18-24 ans.

  • 4e constat : le RN créé la surprise.

Le RN n’emporte pas moins de 89 députés à ces élections. Un chiffre spectaculaire qui surprend tous les observateurs et témoigne d’un ras-le-bol de plus en plus partagé par les autochtones de France.

Le Pen Mélenchon
Les hurlements semblent moins efficaces que le silence

Quelle suite pour les 5 ans à venir ?

En clair, une assemblée divisée en 3 blocs distincts : une gauche socialisante, un centre libéral, et une droite conservatrice et populaire. Voici mes trois hypothèses principales pour la suite.

  • Hypothèse 1 : L’effondrement bloc macroniste : survie ou division ?
    On peut imaginer que le bloc macroniste ne survivrait pas à ces élections, avec une défection de l’aile « droite » (Horizon et le Modem) qui se tournerait vers LR pour créer une nouvelle alliance de centre-droit qui présenterait un candidat susceptible de remplacer Macron en 2027. Ou bien, scénario qui semble aussi probable, un virage à droite de Macron et le ralliement de la droite « conservatrice » LR au bloc macroniste.
  • Hypothèse 2 : La gauche devient le camp du Remplacement assumé :
    Nous l’avons vu, la gauche semble atteindre un plafond de verre très net et ne semble pas conquérir beaucoup de nouveaux électeurs. On peut imaginer qu’ils vont aller chercher de plus en plus fréquemment les populations allochtones, très nombreuses dans les départements qui votent le moins.
La carte de l’abstention suit la carte du Remplacement
  • Hypothèse 3 : La constitution d’un bloc national de plus en plus fort.
    Il y a fort à parier que la crise politique et économique à venir va pousser un nombre toujours plus important d’autochtones dans les bras des mouvements populaires et contestataires. L’appauvrissement de la classe moyenne bénéficiera sans aucun doute à ce bloc national auquel se ralliera un grand nombre d’anciens électeurs macronistes déçus et économiquement asphyxiés par la crise.

Conclusion : Préparer l’après : au travail !

L’effritement du bloc macroniste va se continuer. La consolidation d’un bloc socialo-remplaciste d’une part et d’un bloc national-populaire d’autre part semble inévitable. 2027 pourrait très probablement voir l’arrivée au pouvoir de l’un ou l’autre bloc, ce qui précipiterait sans doute la France dans un chaos sans précédent. Ce n’est pas tant l’élection d’un bloc ou de l’autre qui pourrait changer la donne mais le chaos qui en résulterait.

Alors quel rôle pour les nationalistes bretons ? Quel rôle pour les identitaires européens ?

À mon sens, il est impératif de défendre et de faire vivre notre ligne afin de tirer ce bloc national qui s’annonce vers des positions plus franchement identitaires. En cela, la ligne souverainiste-assimilationniste française doit être franchement et clairement combattue.

Aussi, la constitution de groupes identitaires solides doit être au premier rang des objectifs à atteindre pour la décennie qui commence. Ensemble, faisons fleurir les initiatives identitaires et enracinées, de la Bretagne à l’Alsace, de la Flandre au Pays Basque.

Au travail !

.

Logan Gourenez

(1) https://www.bfmtv.com/politique/elections/legislatives/en-direct-legislatives-pas-de-majorite-absolue-a-l-assemblee-nationale-percee-du-rn-et-de-la-nupes_LN-202206200029.html

Une réflexion sur “Législatives 2022 : constats, hypothèses et perspectives d’avenir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s