Vers une union Baltique-Mer Noire : « Intermarium » comme modèle viable pour le renouveau de l’Europe.

Nous proposons aujourd’hui à nos lecteurs la traduction en français d’un article issu du blog de nos amis américains Counter-Currents (1) que les récents événements en Ukraine rend plus actuel que jamais.

« Les événements en Europe se sont accélérés au cours des deux dernières années. Il y a eu la révolution ukrainienne, qui a provoqué une réponse russe agressive, révélant les sentiments anti-occidentaux et anti-européens dormants chez ses dirigeants et chez la majorité de sa population. Puis vint l’assaut des envahisseurs extra-européens, ridiculement appelés « réfugiés » par l’establishment et les médias anti-blancs, qui se déroule à des proportions jusqu’ici sans précédent.

Ces événements ont révélé un gouffre au sein du monde occidental en général et en Europe en particulier. Cela est devenu particulièrement évident dans les réactions radicalement différentes des Européens de l’Est et de l’Ouest à la « crise des réfugiés ». Les dirigeants d’Europe occidentale ont accepté les envahisseurs à bras ouverts. Plusieurs dirigeants d’Europe de l’Est, à l’inverse, ont adopté une position claire et ferme contre l’invasion, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán étant le plus actif d’entre eux. Des marches anti-immigration attirant plusieurs milliers de personnes ont eu lieu dans de nombreuses villes d’Europe de l’Est. Bien qu’il y ait une résistance croissante en Europe occidentale, pour le moment, elle n’atteint clairement pas les niveaux observés à l’est.

Viktor Orban
Viktor Orban s’est opposé courageusement à l’invasion migratoire

Ce qui est plus encourageant, c’est que les Européens de l’Est sont très conscients (beaucoup plus que leurs homologues occidentaux) de la vraie nature du problème – c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un problème culturel, mais plutôt d’un problème ethno-civilisationnel, et ils sont plus francs à ce sujet dans leurs conversations. Même beaucoup dans la gauche politique en ont conscience et seraient classés comme « racistes » et « d’extrême droite » en Occident.

Un autre signe encourageant est le développement d’une identité paneuropéenne parmi les Européens de l’Est. Bien que certains pays essaient plutôt honteusement de pousser les réfugiés indésirables chez leurs voisins, il y a une prise de conscience croissante qu’il s’agit d’un problème pour l’Europe dans son ensemble et que l’UE n’a pas à cœur les intérêts communs de l’Europe. La menace militaire récemment réapparue de la Russie et la pression de l’UE pour accepter des immigrants extra-européens ont rapproché les Européens de l’Est et les ont imprégnés d’un sens du destin commun. Ils sont de plus en plus conscients qu’il n’y a pas que l’avenir de leur pays qui est en jeu; ce qui est en jeu, c’est l’avenir de la civilisation européenne, l’avenir des Européens eux-mêmes. Il y a une prise de conscience émergente qu’en s’opposant à l’immigration extra-européenne, ils contribuent également au salut de l’Europe et des Européens.

Solidarité européenne
Solidarité européenne  manifestée par les Lettons lors d’une marche anti-immigration à Riga.

Dans l’ensemble, dans l’Europe d’aujourd’hui, les Européens de l’Est possèdent les instincts les plus sains et la compréhension la plus solide concernant le problème du remplacement global, la menace russe et les dangers de l’hégémonie américaine, de l’OTAN et de l’UE.

Les Européens de l’Est considèrent l’Occident comme quelque chose à imiter. Ils sont attirés par son niveau de vie élevé et son état de droit, qu’ils considèrent tous (et à juste titre) comme essentiellement des manifestations visibles de la civilisation occidentale. Pour la plupart, leur attirance pour le libéralisme et la démocratie n’est pas enracinée dans la dégénérescence, comme l’ont malheureusement mal compris de nombreux nationalistes occidentaux. Au contraire, eux perçoivent le libéralisme et la démocratie comme des valeurs essentiellement européennes. En adoptant le libéralisme, ils se considèrent comme rejoignant spirituellement leurs cousins européens d’Occident.

Jusqu’à présent, les Européens de l’Est ignoraient pour la plupart que leurs cousins occidentaux avaient en fait perdu confiance en eux-mêmes, en leur histoire et en leur culture et avaient succombé à la dégénérescence. L’Est est beaucoup plus sain que l’Occident, à tous les niveaux. Par conséquent, le temps est venu pour les Européens de l’Est de cesser d’essayer d’imiter l’Occident et d’abandonner leur attitude actuellement subordonnée à son égard. Au lieu de cela, il est grand temps que les Européens de l’Est assument un rôle de premier plan et enseignent à l’Occident.

Ce changement d’attitude est essentiel et se produit déjà. Cependant, ce n’est pas encore suffisant. Cette nouvelle attitude ne deviendra efficace que si elle devient le principe d’animation d’un nouveau bloc de pouvoir politique. L’Europe de l’Est doit se rassembler et former une formidable entité politique, une alternative à la fois à la Russie euroasiatique et à l’Occident atlantiste. C’est pourquoi je propose la renaissance de l’idée d’une Union Baltique-Mer Noire, ou «Intermarium», comme l’avait proposé à l’origine le dirigeant polonais Józef Piłsudski. Idéalement, le bloc Intermarium devrait englober les nations suivantes, à peu près du Nord au Sud:

  • Estonie (1,3 million d’habitants)
  • Lettonie (2,3 millions)
  • Lituanie (3,6 millions)
  • Bélarus (10,3 millions)
  • Pologne (38,6 millions)
  • Ukraine (45 millions)
  • République tchèque (10,6 millions)
  • Slovaquie (5,4 millions)
  • Hongrie (10 millions)
  • Roumanie (19 millions)
  • Moldavie (4,4 millions)
  • Slovénie (2 millions)
  • Croatie (4,5 millions)
  • Serbie (7,5 millions)
  • Bosnie (3,9 millions)
  • Monténégro (600 000)
  • Bulgarie (7,6 millions)
  • Macédoine (2 millions)

Avec une population totale de 178 millions d’habitants, principalement européens (contre 143 millions d’habitants russes, dont beaucoup ne sont pas européens), Intermarium pourrait être extrêmement puissant et largement autosuffisant, compte tenu des investissements appropriés dans les infrastructures et les armements. Cela éliminerait efficacement la dépendance de l’Europe de l’Est vis-à-vis des États-Unis et de l’Europe occidentale pour la sécurité. Intermarium serait en mesure de mener sa propre politique indépendante, tant à l’intérieur de ses frontières qu’à l’extérieur. L’Intermarium serait un véritable contrepoids géopolitique à la fois à la Russie et à l’Occident.

Intermarium
L’Intermarium, une alternative à l’Occident otanesque et décadent et à la Russie impérialiste néo-soviétique

Ayant consolidé son pouvoir et atteint sa sécurité, Intermarium gagnerait inévitablement de nombreux partisans et sympathisants, tant en Occident qu’en Russie. Il y a déjà beaucoup de dissidents russes qui immigrent en Ukraine. Il y a même beaucoup de nationalistes russes qui se battent du côté ukrainien. Les nationalistes occidentaux, dont beaucoup se font encore des illusions sur la Russie, comprendront enfin que le plus grand espoir de renaissance et de salut de l’Europe ne réside pas en Russie, mais en Europe de l’Est. Ils n’auront plus à se prosterner vers la Russie et n’auront pas à se convaincre, par une gymnastique mentale intense, que Poutine, qui emprisonne les vrais nationalistes russes, (…), vénère le passé soviétique et condamne le « racisme » (…) à chaque occasion, est en quelque sorte notre « ami secret ». Une Europe de l’Est unie, cependant, ne sera pas notre amie « secrète » ; ce sera notre véritable amie. Contrairement à la plupart des Russes, qui se réjouissent que l’Europe soit envahie par des envahisseurs extra-européens, les Européens de l’Est compatissent vraiment à la lutte de leurs cousins occidentaux.

En plus de gagner de nombreux sympathisants en dehors de ses territoires, Intermarium agira également comme un aimant pour tous ceux qui possèdent une conscience identitaire européenne. On peut ainsi prévoir un changement dans les schémas d’immigration. De plus en plus d’Occidentaux, et aussi de Russes, opteront pour l’installation à Intermarium. Ils seront en fait les vrais réfugiés, fuyant leurs sociétés de plus en plus chaotiques, corrompues, multi-ethniques et anti-blanches, apportant leurs précieuses compétences et leur expertise en Europe de l’Est. Cela donnera un nouvel élan au développement technologique, économique et politique d’Intermarium, augmentant son influence dans les relations internationales et accélérant ainsi la propagation des idées pro-européennes de son territoire dans le monde entier.

Une union Baltique-mer Noire peut prendre différentes formes. Il peut s’agir d’une entité centralisée ou d’une confédération lâche, avec différentes gradations possibles entre ces deux options. Inutile de dire qu’il ne se limitera pas aux États membres actuels de l’UE, mais inclura l’Ukraine et la Biélorussie en tant que parties intégrantes importantes – héritiers de l’ancienne Rus’ de Kiev.

Le projet « Intermarium » est notamment défendu par les nationalistes ukrainiens du Corps National

Intermarium devrait également être ouvert à l’acceptation des pays d’Europe occidentale. On peut déjà prévoir que les pays occidentaux avec de forts mouvements nationalistes – par exemple, l’Autriche, le Danemark et la Finlande – pourraient souhaiter rejoindre cette union. Il serait également ironique (mais en aucun cas irréaliste) que les anciens États d’Allemagne de l’Est choisissent de faire sécession de l’Allemagne et de rejoindre également Intermarium.

Le plus grand danger pour Intermarium sont les conflits ethniques qui couvent dans toute l’Europe de l’Est. Il y a des minorités polonaises en Lituanie, en Biélorussie et en Ukraine. Il y a des Lituaniens en Pologne. Il y a des Hongrois en Slovaquie, en Serbie, en Ukraine et en Roumanie. Et ainsi de suite. Un Intermarium uni par une vision d’un destin et d’une lutte commune pourrait fournir un cadre pour régler ces problèmes.

Les Européens de l’Est devraient se rappeler que la principale raison de l’effondrement du Commonwealth polono-lituanien était la querelle entre différentes parties de la noblesse et les escarmouches entre les différentes nationalités peuplant cette union politique. Alors que les peuples de Pologne, de Lituanie et de l’ancienne Rus de Kiev se sont vautrés dans des luttes intestines destructrices, l’ennemi principal, la Russie, les a attaqués en tant que puissance fortement consolidée, les soumettant finalement tous. Les erreurs du passé ne doivent pas se répéter.

L’Europe de l’Est a longtemps été l’objet de l’histoire, un jouet de puissances extra-européennes. L’Europe de l’Est doit comprendre qu’elle est la partie la plus saine d’Europe. Par conséquent, elle devrait diriger et non pas suivre. Elle doit cesser d’être l’objet et finalement devenir le sujet de l’histoire, devenant ainsi le signe avant-coureur d’un avenir brillant pour tous les Européens à travers le monde. Le bloc Intermarium, l’Union Baltique-Mer Noire, est le seul moyen efficace d’y parvenir. »

Emile Durand

(1) https://counter-currents.com/2015/10/intermarium/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s