Le Parti National Breton renaît de ses cendres !

Nous apprenons via les réseaux la renaissance d’un parti qui nous est cher : le Parti National Breton. Pour rappel, il s’agit du nom porté par le mouvement créé en 1931 à la suite de l’implosion du Parti Autonomiste Breton, qui n’avait pas été capable de concilier les tendances fédéralistes et les tendances nationalistes. Le Parti National Breton comptait parmi ses membres les plus grands noms du mouvement breton de l’époque : Olier Mordrel, Yann Sohier, François Debeauvais, Célestin Lainé, les frères Delaporte, Marcel Guieysse, Yann Bricler, etc. Le parti combattra pour la liberté de la Bretagne pendant 13 longues années. Il fut dissout le 18 août 1944 par l’Etat français et un bon nombre de ses membres passèrent devant les tribunaux français. Nous proposons à nos lecteurs le premier communiqué du nouveau parti, qui, nous espérons, saura remettre la question bretonne sur le devant de la scène.

Parti National Breton

« Le peuple breton affronte au 21e siècle des menaces qui, prises ensemble, revêtent un caractère existentiel. Sous la pression de l’Etat Français, l’absence d’un état réellement national a exposé le peuple breton au démantèlement de sa société, puis à son remplacement par une copie d’importation hexagonale qui a mené à l’érosion radicale de son identité. D’abord par la francisation à outrance. Par l’américanisation consumériste ensuite. Par l’afro-islamisation d’importation enfin. Couplée à la politique de remplacement démographique décrétée par Paris, la perte continue de sang breton générée par l’exode de ses jeunes forces vives hors de Bretagne expose le peuple breton à une disparition pure et simple durant ce siècle si rien n’est fait pour stopper la spirale de la dissolution.

Face à cette réalité et avec l’aide de la droite affairiste et de la gauche organisée, les médias du système et l’Etat Français promeuvent toujours plus agressivement l’agenda globaliste en faveur de l’immigration de remplacement tandis que l’islamisme gangrène toutes les villes bretonnes et que des gangs extra-européens sévissent dans l’impunité la plus totale. Cette immigration de remplacement, volet final de l’uberisation économique, entraîne la destruction biologique de l’unité du peuple breton au profit d’une société hétéroclite, violente et instable dont les seuls principes sont l’exploitation féroce et le profit à court terme. Des allogènes bénéficiant d’avantages sociaux sidérants déambulent sur la terre de nos ancêtres, narguant les autochtones, le regard hostile et lourd de menaces. Une caste politique, aussi incompétente que corrompue, préside un système politique cadenassé. La police et la justice françaises ne semblent décidées à réagir que pour réprimer quiconque parmi les Bretons s’oppose à cette course à l’abîme. La désinformation, la censure et l’intimidation sont devenues le nouveau mode de gouvernement à laquelle le peuple breton est soumis par Paris.

Le système politique français, pas plus hier, aujourd’hui ou demain, ne représente une solution : il est la racine même de cette crise. Nous devons rompre radicalement avec Paris, ses représentants et son état en voie d’africanisation et d’islamisation terminales pour édifier le seul état à même de sauver notre peuple : l’Etat Celtique de la Nation Bretonne, BREIZH. C’est à cette condition et cette condition seulement que le peuple breton survivra.

Les Bretons, de tout temps, ont fait face à des ennemis ayant juré de les faire disparaître, tantôt par la conquête, tantôt par l’éradication physique ou par l’anéantissement de leur langue et de leur culture. Le peuple breton a toujours su trouver en lui, à l’heure fatidique, les ressources nécessaires à son redressement et à sa renaissance. Pour cela, deux conditions : la conscience ethno-nationale bretonne et la volonté. C’est ce que se donne pour mission le Parti National Breton.

Tout Breton qui sent en lui l’appel à entrer en résistance pour sauver BREIZH peut se tourner vers le Parti National Breton et lui apporter son aide dans cette lutte historique.

Comment ? En adhérant au parti ou en lui apportant une aide financière ou matérielle. Le PNB, comme parti authentiquement nationaliste et révolutionnaire, ne peut compter sur le système bancaire pour organiser ce soutien financier. Aussi, le parti utilise-t-il la cryptomonnaie anonyme et sécurisée Monero. »

Si vous souhaitez contacter le parti, vous pouvez envoyer un mail à l’adresse suivante : partinationalbreton@ctemplar.com ou visiter leur site internet à l’adresse suivante : https://partinationalbreton.com/.

.

Neven ar Ruz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s