L’heure de la sécession est-elle arrivée ? (Jared Taylor)

Cet article de Jared Taylor, écrit en Mars 2020 (1), fait échos à des problématiques que nous rencontrons déjà et que nous allons rencontrer de plus en plus fréquemment dans le futur : la communautarisation, l’ensauvagement du monde, la généralisation de l’usage de la violence verbale et physique en politique … Et en parallèle, sans surprise, l’idée d’une sécession gagne du terrain. Cet article invite le lecteur occidental à envisager des pistes originales.

.

Les États-Unis sont-ils mûrs pour la partition ? Francis Herbert Buckley, un avocat et universitaire qui a enseigné à McGill et qui est maintenant à la George Mason School of Law, pense que oui. « De toutes les manières qui comptent, à l’exception de la force nue de la loi, nous sommes déjà divisés en deux nations tout autant qu’en 1861« , écrit-il. « Le mépris des opposants, les mobilisations sur Twitter, les pratiques de shaming en ligne et l’exclusion des plateformes, la tolérance croissante de la violence – tout cela suggère que nous serions plus heureux dans des pays séparés. »

American Secession

C’est un grand pas en avant qu’un séparatiste puisse trouver un éditeur respectable – même s’il prétend vendre des « livres pour conservateurs intelligents ». American Secession rapporte qu’il y a beaucoup de soutien pour la séparation et offre de bonnes raisons pour cela mais, hélas, ne fait que suggérer la raison la plus convaincante.

Le professeur Buckley fait grand cas d’un sondage de 2018 selon lequel 39 % des Américains – dont 42 % des démocrates – souhaitent la sécession. On peut supposer qu’il y aurait eu moins de démocrates sécessionnistes sous le président Obama. Un autre sondage de 2018 a révélé que 31 % des Américains pensaient qu’il y aurait une guerre civile dans les cinq prochaines années. Je ne prends pas ces chiffres très au sérieux ; les paroles en l’air ne valent rien. Mais je pense que le professeur Buckley a raison de souligner un récent résultat de Gallup selon lequel seulement 44 % des Américains seraient prêts à se battre pour leur pays. Il a certainement raison de dire que beaucoup moins se battraient pour empêcher un État américain de faire sécession.

Guerre de sécession
La bataille de Gettysburg

Nombreux sont ceux qui pensent que 700 000 soldats morts pendant la guerre de Sécession ont réglé la question de la sécession, mais le professeur Buckley n’est pas de cet avis. Il affirme que les auteurs de la Constitution pensaient clairement que les États avaient le droit de faire sécession. James Madison pensait que toute tentative de maintenir des États par la force serait mauvaise et « ressemblerait davantage à une déclaration de guerre ». La Virginie a rejoint les États-Unis avec la condition expresse qu’elle avait le droit de faire sécession. Les États de la Nouvelle-Angleterre qui n’ont pas apprécié la guerre de 1812 n’ont pas débattu de la légalité de la sécession, mais seulement de savoir s’ il fallait la faire.

L’abolitionniste William Lloyd Garrison pensait que les États esclavagistes devaient être expulsés s’ils n’avaient pas la grâce de partir, et voulait organiser une convention de désunion nationale pour les expulser. Le 4 juillet 1854, il déclara à une foule lors de la fête de l’indépendance que, puisque la Constitution reconnaissait implicitement l’esclavage, elle était « un pacte avec la mort et un accord avec l’enfer ». Il en brûle ensuite un exemplaire en disant : « Ainsi périssent tous les compromis avec la tyrannie ! »

James Buchanan, qui était président lorsque les États du Sud ont commencé à partir, estimait qu’il ne fallait pas les forcer à rester : “Le fait est que notre union repose sur l’opinion publique et ne pourra jamais être cimentée par le sang de ses citoyens versé dans une guerre civile. Si elle ne peut pas vivre dans l’affection du peuple, elle doit un jour disparaître.”

Avant que les têtes brûlées de Caroline du Sud ne tirent sur Fort Sumter, même Abraham Lincoln a hésité : « La marche d’une armée en Caroline du Sud… sans le consentement de son peuple, et en hostilité contre lui, serait-elle une coercition ou une invasion ? Je le dis très franchement, je pense que ce serait une invasion. »

James Buchanan
Une caricature des années 1860 moquant le président James Buchanan pour son inaction quand commença la guerre civile 

Le professeur Buckley nous rappelle que, même aujourd’hui, il existe une façon de partir dont tout le monde conviendrait qu’elle est légale. Les fondateurs croyaient que le gouvernement fédéral ne renoncerait jamais volontairement à son pouvoir – ils avaient raison – et c’est pourquoi ils ont rédigé l’article V de la Constitution. Il permet aux États de contourner le gouvernement fédéral pour modifier ou même abolir la Constitution. Si les législatures de 34 États sont d’accord, il y aura une assemblée constitutionnelle au cours de laquelle tout sera permis. Si 38 États ratifient les changements, la nouvelle Constitution sera adoptée, et pourra reconnaître la sécession ou même approuver une partition. « La sécession ne peut pas être inconstitutionnelle lorsqu’il existe un moyen constitutionnel de la réaliser, par le biais d’une assemblée constitutionnelle. », écrit le professeur Buckley.

Je ne pense pas que tout cela soit nécessaire, car le gouvernement fédéral n’envahirait pas aujourd’hui un État en sécession. Comme je l’ai écrit il y a neuf ans, les Américains n’ont pas le courage de massacrer leurs compatriotes juste pour garder leurs cadavres dans l’Union. Si un État voulait s’engager sérieusement dans cette voie – en particulier pour des raisons « progressistes » – la voie est libre, et comme le fait remarquer le professeur Buckley, de nos jours, ce sont les gauchistes qui encouragent la sécession.

L’un des mouvements dissidents les plus connus se trouve en Californie, et la victoire de M. Trump en 2016 lui a donné un coup de pouce. L’État a déjà légalisé la marijuana en dépit des lois fédérales sur les drogues et adore les immigrants illégaux. Le mouvement « Calexit » est dirigé par des personnes qui pensent que « La Californie perd des milliards de dollars chaque jour [en impôts fédéraux] en soutenant des États dont les habitants nous détestent, nous et notre culture. Gardons nos impôts en Californie et investissons d’abord dans notre peuple ». Le professeur Buckley note que cela ressemble à « California first » ou même « make California great again » et implique presque une politique d’immigration anti-conservatrice. Le fait est que de nombreux Californiens détestent Donald Trump et voulaient partir.

Le Vermont est tellement rempli de libéraux loufoques qu’il a Bernie Sanders comme sénateur ; il a aussi longtemps été un nid de sécessionnistes.

Le mouvement Cascadia ferait de l’Oregon, de Washington et de la Colombie-Britannique un pays indépendant et, comme le dit le professeur Buckley, « réunirait des gens ayant le même genre d’idées sur l’environnement, les Starbucks et le yoga. » Si le président obtient un second mandat, le professeur Buckley peut imaginer les démocrates appeler à la résistance dans les rues.

L’un des nombreux projets de découpage de l’Amérique qu’on peut trouver en ligne

Et la sécession est déjà bien engagée. Le gérant d’un restaurant Red Hen a fièrement refusé de servir la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders, et une femme a bousculé et insulté la conseillère de la Maison Blanche, Kellyanne Conway. Maxine Waters, membre noire du Congrès, a ensuite exhorté les démocrates à harceler et à humilier tous les membres du cabinet Trump qu’ils verraient en public.

Tout cela est le signe d’une profonde rupture qui, selon le professeur Buckley, est un signe de différences irréconciliables. Les exemples qu’il cite sont un article de 2017 dans Foreign Policy – qui n’est normalement pas un magazine fêlé – affirmant que « pour la première fois dans l’histoire de l’Amérique, un sympathisant nazi a occupé le bureau ovale. » Le professeur Buckley se souvient également que lorsque Michelle Obama a déclaré que « quand ils [nos adversaires] descendent bas, nous montons haut », le procureur général Eric Holder l’a corrigée : « Non, non, quand ils s’abaissent, nous leur donnons des coups de pied. » Lorsque le sénateur républicain Rand Paul a été attaqué et a souffert de six côtes cassées et de lésions pulmonaires, l’animatrice de MSNBC Kasie Hunt a déclaré en riant qu’il s’agissait de l’une de ses « histoires préférées. » Les journalistes écrivent régulièrement des histoires ignobles sur les républicains qui leur auraient valu d’être renvoyés en des temps plus civilisés, mais l’intérêt du journalisme d’aujourd’hui est, selon les mots du professeur Buckley, de laisser les lecteurs « se régaler de leurs haines. »

La dernière tentative de sécession ne s’est pas bien terminée, et peut-être parce qu’elle est née au Canada. Le professeur Buckley comprend quelque chose que la plupart des Américains ne comprennent pas : plus nous nous éloignons de la guerre civile, plus nous sommes censés mépriser les Confédérés. Les gens qui essayaient en fait de s’entretuer sont devenus amis. Le président Grant a invité Robert E. Lee à la Maison Blanche et, à l’occasion du 50e anniversaire de la charge de Pickett, les vétérans des deux camps se sont rencontrés sur la crête du cimetière et se sont embrassés. Il y a eu une série télévisée populaire, The Grey Ghost, dans laquelle les Confédérés étaient les héros, et, comme l’écrit le professeur Buckley, « depuis leur défaite, les Sudistes ont été autorisés à conserver une certaine mesure de dignité dans la mémoire de leurs héros du champ de bataille. » Plus maintenant. Tout ce qui est confédéré ou même sudiste est pire que la lèpre, et « si l’on dit à des millions de personnes dans une partie du pays qu’elles sont présumées mauvaises, et que cette présomption ne peut vraiment pas être réfutée, elles vont se demander si leur place n’est pas ailleurs. »

Le 3 juillet 1913, les vétérans de la guerre de sécession se retrouvent et se serrent la main, comme compatriotes et non plus comme ennemis.

Mais comme le reconnaît le professeur Buckley, le fossé est encore plus profond : « Maintenant, les divisions sont plus larges que le Nord contre le Sud. Ce sont les libéraux contre les conservateurs et surtout les progressistes contre les partisans de Trump. » « Dans notre politique, ajoute-t-il, nous sommes déjà deux nations« . Une scission probable serait de se séparer des deux côtes et de laisser le milieu, ce qui ferait trois pays.

Cela ferait des pays plus petits, mais le professeur Buckley affirme que ce seraient de meilleurs pays. Il insiste sur le fait que les personnes qui prétendent être les plus heureuses au monde vivent dans de petits pays (mais ignore le fait qu’elles vivent dans des pays blancs). Ces pays ont des gouvernements proches de la population et, puisqu’ils sont homogènes, ils ont le sens de la communauté. L’un des inconvénients des grands pays est qu’ils dépensent plus que nécessaire en armements. L’Amérique, la Chine et la Russie n’ont pas besoin de toute la puissance de feu dont elles disposent, mais leurs dirigeants aiment pouvoir se pavaner dans le monde entier. Le professeur Buckley pense que leurs citoyens s’en moquent peut-être. Aux États-Unis, ce sont les 700 à 1 000 lobbyistes de l’industrie de la défense – environ deux par membre du Congrès – qui maintiennent le budget de la défense à un niveau élevé.

Les pays avec les populations les plus heureuses du monde.

Le complexe militaro-industriel est un bon exemple des dangers de la taille. Le professeur Buckley soutient que les grands pays connaissent beaucoup de corruption parce que leurs gouvernements dépensent des sommes énormes que les gens aiment détourner. Il soulève un point intéressant : les types de corruption politique qui sont réellement illégaux – pots-de-vin, extorsion, fraude postale, achat de votes – sont le moindre de nos problèmes. Les contributions aux campagnes et le lobbying sont bien pires, et sont parfaitement légaux. Après avoir quitté leur poste, environ la moitié des membres du Congrès deviennent des lobbyistes et gagnent beaucoup plus qu’ils ne l’ont jamais fait en tant que « fonctionnaires ». Pendant qu’ils sont en poste, ils votent des projets de loi dans le but de plaire à leurs futurs payeurs.

Pour le professeur Buckley, Rod Blagojevich, ancien gouverneur de l’Illinois, est un bon exemple de corruption légale. Lorsque Barack Obama a été élu président, le gouverneur Blagojevich avait le pouvoir de nommer un successeur pour le reste du mandat sénatorial de M. Obama. En échange de la nomination de quelqu’un que M. Obama voulait – Valerie Jarrett – il a demandé à faire partie du cabinet ou à être ambassadeur en Serbie. Lorsque M. Obama a refusé, « Bloggo » a été filmé en train de dire : « Tout ce qu’ils vont me donner en retour, c’est de la gratitude. Le siège au Sénat est une putain de chose précieuse. Je les emmerde. » Bloggo a nommé Roland Burris à la place. L’argument du professeur Buckley est que c’était parfaitement légal puisqu’il n’a pas réellement essayé de vendre le siège au Sénat. La Cour d’appel des États-Unis pour le septième circuit a qualifié la manœuvre de « banal exercice de roulage ». M. Blagojevich est allé en prison pour des extorsions bien plus sordides, comme par exemple le fait d’essayer de soutirer de l’argent à des exploitants d’hippodromes en échange d’une législation avantageuse.

Rod Blagojevich’s mugshot.

Selon le professeur Buckley, ce sont les activités de lobbying, les manœuvres et les contributions aux campagnes électorales – toutes légales – qui nous ont donné les plus de 105 millions de mots du Code des règlements fédéraux, une jungle de règles qui tourmentent les honnêtes citoyens et enrichissent les avocats et les intérêts particuliers. Les petits pays ont moins de paperasserie.

Le professeur Buckley note toutefois un avantage évident de la taille : le libre-échange. Imaginez, écrit-il, ce que c’était sous les Articles de la Confédération, avec des États qui taxaient les marchandises provenant d’autres États. Ce problème pourrait toutefois être résolu par un marché commun du type de celui qui a enrichi l’Europe.

Le professeur Buckley reconnaît qu’une sécession pure et simple est peu probable, malgré ses avantages, et propose donc une solution intermédiaire : l’autonomie locale. Les États feraient toutes leurs propres lois mais laisseraient la politique étrangère aux fédéraux. Toutes les questions brûlantes – le mariage homosexuel, le droit aux armes à feu, l’avortement, la prière publique, les lois sur les drogues – seraient réglées au niveau local. Si les Américains étaient libres de s’installer dans l’État qui leur convenait, chacun pourrait trouver un endroit où être heureux.

C’est bien sûr ce que voulaient les Fondateurs, et jusqu’au 20e siècle, le gouvernement fédéral ne touchait la plupart des gens que lorsqu’ils allaient à la poste. Maintenant, comme le souligne le professeur Buckley, les fédéraux veulent diriger nos vies à notre place. Ils sont aidés par une Cour suprême qui est devenue l’arbitre final des questions difficiles et qui impose les mêmes solutions à tous les États. Le fédéralisme était censé être un compromis permettant d’obtenir le meilleur des deux types de gouvernement, petit et grand, mais une centralisation impitoyable des États-Unis détruit tous les avantages de la petitesse.

L’autonomie locale serait bien meilleure que ce que nous avons actuellement. La Sécession américaine est une bonne chose pour autant qu’elle se fasse, mais elle ne va pas assez loin. Le professeur Buckley note bien que la « diversité » n’est pas un avantage pour un pays, mais je ne me souviens pas avoir lu une seule occurrence du mot « ethnie ». Le professeur Buckley admet qu’à une certaine époque, le pays était cohérent – britannique et protestant – « mais si nous l’avons été, nous ne le sommes certainement plus aujourd’hui. » Il poursuit : « Notre constitution a été admirée à juste titre, mais elle a été faite pour des citoyens très différents des Américains en colère d’aujourd’hui. » Et encore : « La constitution a été conçue pour un autre pays, un pays dans lequel les gens étaient d’accord sur les principes fondamentaux, et ce n’est pas l’Amérique d’aujourd’hui. »

Qu’est-il arrivé à l’Amérique d’hier ? Le professeur Buckley nous donne un indice avec l’un de ses diagnostics sur les raisons pour lesquelles le pays se divise politiquement : « Avec leur politique identitaire, les démocrates sont devenus le parti intersectionnel des minorités raciales et sexuelles, des immigrants et des féministes. » C’est certainement vrai, mais le professeur Buckley omet de noter que la ligne de fracture la plus amère et la plus durable est l’ethnie. Au lieu de cela, il débite des absurdités : « Les autres pays ont leurs cultures ou leurs religions communes. Ce que l’Amérique a, c’est une idée qui constitue notre identité en tant qu’Américains, et cette idée est le libéralisme au sens classique. » Les Fondateurs auraient été stupéfaits de s’entendre dire qu’ils fondaient un pays avec une identité qui n’était rien d’autre qu’une idée.

Le professeur Buckley soutient également qu’aucun mouvement de sécession n’abrogerait les lois sur les droits civils ou ne suivrait les contours des ethnies et des communautés. C’est peut-être vrai pour les sécessionnistes libéraux de Californie ou du Vermont, mais une scission selon les lignes actuelles des partis politiques serait implicitement ethnique et communautaire. Au fur et à mesure de l’élaboration de la partition, la division communautaire pourrait même devenir explicite.

Il est étrange que les conservateurs soient si peu disposés à reconnaître l’importance de l’ethnie alors que les libéraux, à leur manière perverse, sont souvent obsédés par elle. Cependant, ce livre constitue un progrès. Quiconque reconnaît que les gens sont mieux séparés – pour quelque raison que ce soit – prépare la voie au type de séparation communautaire à laquelle de nombreux Euro-américains aspirent.

Jared Taylor

.

(1) Retrouvez l’article en anglais sur le site d’American Renaissance à l’adresse suivante : Is It Time for Secession? – American Renaissance (amren.com)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s